Photographier à l’heure bleue

Très appréciée en architecture notamment, l'heure bleue donne un très beau cachet aux photos pour qui aime ce vaste sujet.

Dans ma spécialité qu'est la photo animalière et naturaliste, elle a tout à fait sa place également. J'aime photographier les phénomènes naturels tels que la rotation des étoiles, les couchers de soleil, les brumes, le givre… et l'heure bleue en est un. Je n'ai donc pas pu résister de m'y essayer.

Mais qu'est-ce que l'heure bleue au juste ?

C'est un moment particulier, qui n'est plus le jour, mais pas encore la nuit non plus, et qui, par beau temps va nous donner ce bleu profond durant quelques minutes. Le ciel s'emplit presque entièrement d'un bleu, plus foncé que le bleu ciel du jour. Ce phénomène a lieu deux fois par jour, au lever et au coucher du soleil.
Un temps suspendu, lorsque le soleil est déjà couché, mais que la nuit n'est pas encore tombée.

Entre chien et loup, ou " à la brune " comme disaient mes grands parents.
Cet instant étant très court, il ne faut donc pas le rater. Aussi, je vous suggère ce site, qui vous indiquera la plage horaire de la belle heure bleue : http://www.bluehoursite.com/

Ensuite, préparez votre matériel, boitier, trépied… Faites vos repérages sur le terrain bien avant, ou si vous savez déjà où aller, partez un peu plus tôt afin de vous installer tranquillement avant le moment fatidique, pour vous donner le temps de préparer vos réglages et peaufiner votre cadrage.

Et c'est parti pour quelques instants de " zénitude ".